Rechercher

Le pouvoir du moment présent


Intro


On parle souvent de la pleine conscience et de ses bienfaits mais il existe moins d’occasions d’aborder en profondeur la pleine conscience qui débouche sur une réflexion autour de l’instant présent. La pleine conscience est seulement un moyen parmi d’autres d’accéder à l’instant présent mais connaissez-vous vraiment les vertus du présent ? Le présent dans sa séparation avec le temps, et surtout dans sa rupture avec le mental.

Dans son livre « Le pouvoir du moment présent » Eckhart Tolle nous livre ses conseils d’après son expérience personnelle pour vivre le présent.


Présentation auteur


Eckhart Tolle est un écrivain canadien d’origine allemande qui a vu sa vie changer à l’âge de 29 ans. Il a enseigné l’allemand et l’espagnol à Londres à 19 ans jusqu’à l’âge de 22 ans où il a décidé d’étudier la philosophie, la psychologie et la littérature. Il obtient un diplôme et a commencé la recherche. Mais à 29 ans, une « transformation intérieure » comme il l’appelle s’est produite.

Depuis longtemps déjà, il souffrait d’anxiété, de dépression et de peur. Une nuit, lui survint une « sensation de terreur absolue » d’une intensité qu’il n’avait jamais éprouvée. Tout lui parut insignifiant et le monde le dégoûtait, même sa propre existence. Il ressentit un « profond désir d’annihilation » et ne se sentait plus capable de vivre avec lui-même. La pensée « Je ne peux plus vivre avec moi-même » ne cessait d’être dans son esprit avant qu’il réalise à quel point celle-ci pouvait sembler bizarre. Il prit alors conscience de quelque chose et n’avait alors plus aucune pensée dans la tête. Il se sentit aspiré par un « vortex d’énergie », ressentit une peur très intense et des tremblements dans son corps se sont fait ressentir. Puis le vide. Plus rien. Plus de peur.

Le lendemain, il se réveilla avec un nouvel angle de vue : tout lui paraissait si beau, tout était plein de vitalité. Il s’est dit « fasciné par le miracle de la vie ». Pendant 5 mois, il a ressenti « une grande béatitude et une paix profonde ».

C’est à la suite de cela qu’il s’est plongé dans la spiritualité et s’est interrogé sur ce qui lui était arrivé. Après avoir compris, il écrivit « Le pouvoir du moment présent ».

Mais quel est l’intérêt du moment présent ? Et comment être dedans ?


Pourquoi et comment être dans le moment présent

Si le moment présent est important et nécessaire, il faut comprendre en profondeur pourquoi ça l’est et comment y accéder.

Pourquoi

Vivre au présent, à l’instant présent permet un certain nombre de choses comme sortir de la souffrance, s’échapper de l’idée que le temps existe, être en paix avec soi-même et obtenir le bien supérieur, ou encore sortir de sa négativité intérieure.

Sortir de la souffrance

Il faut être dans le moment présent pour sortir de la souffrance et en même temps sortir de la souffrance permet d’être dans le moment présent.

La souffrance représente l’absence d’acceptation de ce qui est. Ainsi, en sortant de la souffrance, on accepte ce qui est et c’est ainsi que nous sommes dans le moment présent. De plus, la souffrance se nourrit de pensées et d’énergie que l’on met pour l’observer, cela épuise donc le mental. Il faut simplement être le témoin de sa souffrance pour accéder à l’instant présent car cela permet de rompre avec l’identification du mental, alors qu’essayer de se battre contre la souffrance ne fait que l’empirer. Le mental créé une résistance intérieure au moment de l’identification de la souffrance et cela empêche sa perte.

Il ne s’agit pas de résoudre les problèmes du quotidien en enlevant le temps psychologique. Seulement, en supprimant la souffrance, les difficultés seront surmontées en étant pleinement dans le présent.

Le temps est une illusion

Le mental, le pire ennemi du présent, cherche à l’éviter et reste toujours dans le passé ou planifie trop le futur. Les regrets liés au passé ou l’anticipation du futur sont des défauts du mental liés au temps qui engendrent de la souffrance qui elle-même empêche de résoudre les problèmes dans le présent.

Le mental et le temps se doivent d’être dissociés et quand le mental s’arrête le temps fait de même. Le temps est une construction du mental et ce dernier empêche de vivre dans le présent.

En étant dans l’instant présent, on va bien au-delà du mental. Même si le mental est nécessaire sur plusieurs plans (professionnels ou relationnels), il reste un parasite pour le moment présent et pour soi-même. Il crée des étiquettes et classe tout, et cela empêche d’emmener dans la réalité du moment présent qu’il ne peut décrire puisqu’il ne le connaît pas.

L’Être et l’essence

En étant présent, vous êtes amenés à la lumière qui est votre essence même. Et votre essence va au-delà du corps qui n'est pas une forme unique mais un ensemble de petits éléments assemblés entre eux dont le tout est fragile et éphémère. L’essence n’est pas éphémère elle mais votre mental (qui n’est pas lié à votre véritable essence) vous fait croire que votre corps constitue votre essence.

L’essence, l’Être, est immuable, immortel et intemporel. Dès lors que vous êtes conscients de votre Être, vous percevez le corps et l’esprit d’une autre personne comme un écran derrière lequel vous pouvez sentir sa réalité comme vous sentez la vôtre.

Être en paix et le bien supérieur

Être dans le présent permet d’atteindre la paix et le bien supérieur. En dépassant le mental et ses polarités, en laissant juste les choses être, nous sommes dans le présent et cela permet de pardonner pour n’avoir aucune raison de pardonner pour la suite.

Être en paix est différent du bonheur, on peut ressentir de la tristesse et pleurer tout en étant calme, apaisé et serein de l’intérieur. C’est pour cette raison qu’il faut savoir s’ancrer dans le présent.

Sortir de la négativité et de sa résistance intérieure

Il faut observer la résistance intérieure pour faire diminuer la négativité de la situation. En comprenant cette résistance intérieure, cela devient plus efficace que la négativité.

Peu importe ce qu’il faut faire, le but est d’être libéré de résistances intérieures. Si dans une situation qui ne peut être changée, il faut l’accepter pour faire tomber la charge négative associée.

Le stress montre l’impatience de vouloir arriver au futur donc cela montre le manque d’acceptation de la situation présente, c’est une résistance.

Lâcher prise

Abandonner n’est pas une faiblesse, c’est montrer qu’on fait preuve de lâcher-prise et le lâcher-prise est nécessaire pour accepter une situation désagréable. Lâcher prise n’est pas endurer passivement une situation, et il ne s’agit pas de cesser de faire des plans pour transformer une situation. Le lâcher-prise est une sagesse qui pousse à laisser couler le courant de la vie plutôt que d’y résister. L’instant présent est le seul moment pour sentir ce courant. C’est accepter le moment présent inconditionnellement et sans réserve, c’est renoncer à résister par le jugement de l’esprit et la négativité émotionnelle.

Quand les choses vont mal, il faut lâcher prise pour éliminer la souffrance et le chagrin. Même si lâcher prise est un mouvement intérieur, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas passer à l’action de manière extérieure. Il ne s’agit pas d’accepter la situation dans sa globalité mais seulement l’instant présent et ne l’étiquetant plus.

Energie et fréquence

Il faut être tout le temps en contact avec son corps pour en ressentir les vibrations les plus subtiles et leur fréquence qui augmente. L’augmentation de la fréquence attirera de nouvelles situations en accord avec l’énergie et ce que le mental produit de négatif sera de moins en moins perçu.

Maintenant que nous avons vu les raisons pour lesquelles il fallait s’échapper du moment présent dans son acceptation temporelle, voici comment y parvenir.

Comment

Plusieurs façons s’offrent à nous pour ne plus vivre dans une temporalité fixée par notre mental et être dans l’instant présent. Tout d’abord, il va s’agir d’utiliser un outil qu’est notre corps, puis il va falloir savoir observer ses émotions, renoncer à la négativité ou encore lâcher prise.

Grâce au corps

Le corps n’est qu’une perception limitée venant d’une réalité profonde et elle peut nous échapper si on n’y fait pas attention. Il faut alors habiter son corps, se sentir de l’intérieur et sentir tout ce qui habite dedans. Mais tant que le mental est l’objet de toute préoccupation, on est coupé de soi et on ne peut pas être dans le corps. Il s’agit de diriger son attention vers une partie de son corps.

Pour entrer en contact avec le corps subtil, il faut fermer les yeux et porter son attention sur son corps, sans rechercher quoi que ce soit, sans but. Seulement ressentir tout à travers les mains, les bras, les jambes, les pieds, etc. Plus on y porte attention, plus les sensations sont intenses. Si vous avez des sensations désagréables, détachez-vous-en car cela renforce l’identification à la forme qu’est le corps que le mental tente de faire, il faut s’en distancier et en être seulement le témoin. Gardez vos sensations corporelles sans les provoquer, seulement les observer.

Même si les émotions et les pensées sont toujours présentes, en restant ancré dans le présent et dans le corps, vous ne serez plus influencé par ces émotions et ces pensées : c’est le contrôle. Une fois bien ancré dans son corps, il est facile d’observer son mental. Au moment de l’observation de ses sensations, le mental résiste avec la peur et les doutes en faisant croire que cela est inutile. Mais le mental construit cela, il n’aime pas la situation présente.

Au début, il est normal de ne pas ressentir sur tout le corps. Mais en méditant, qui est la clé de tout, en essayant de se concentrer sur les sensations et en ne laissant pas le mental revenir, vous êtes dans le présent. Le but est de sentir le corps subtil comme un seul champ énergétique et ne faire qu’un avec celui-ci. Cela amène à une paix profonde et une grande vitalité, c’est le non-manifeste.

Vous pouvez également essayer de fermer les yeux, être attentif et vous poser la question : « quelle sera ma prochaine pensée ? ». Ainsi, vous serez libéré de toutes pensées, même s’il est difficile de rester concentré longtemps.

Observer ses émotions

Observer ses émotions ou les pensées négatives qui déplaisent c’est comprendre d’où elles viennent. De cette façon, il est plus facile d’avoir conscience et d’être dans le moment présent. Lorsque vous êtes en souffrance, ce n’est pas la situation présente qui en est à l’origine, mais les émotions et les pensées qui naissent au moment de cette situation.

Renoncer à la négativité

La résistance intérieure est négative et la négativité est une résistance. Les humains sont les seuls êtres à ne pas Être. Etre dans la négativité, c’est ne pas se laisser être. Ce sont les seuls êtres à détruire la terre qui les nourrit. Les animaux n’ont pas le mental à créer de la négativité, et sont juste dans le présent, ils se laissent être.

Quand on a atteint un niveau de présence, on n’a plus besoin de la négativité pour nous permettre de savoir ce dont on a besoin (on a souvent besoin d’un événement négatif pour comprendre ce qu’il nous fallait). Et la négativité cesse en étant totalement présent : la mettre de côté ou la ressentir en l’acceptant.

Silence

Le silence intérieur vient du silence extérieur à observer. Vous pouvez vous essayer au silence en attendant les pauses lors d’une conversation par exemple. Le mental a peur des blancs et ne laisse aucune place au vide, pourtant il faut le faire et sans jugement ni pensées.

Lâcher prise

Il faut lâcher prise chaque instant devant la réalité du présent. Puis, faire ce qu’il y a à faire selon les exigences de la situation. Si vous restez dans un état d’acceptation, vous ne créez plus de négativité, de souffrance ou de tourment et vous êtes dans un état de non-résistance, de grâce et de légèreté, libre de toute lutte intérieure.


En acceptant ce qui est en vous, à défaut d’accepter ce qui est extérieur, vous lâchez prise. Et il ne faut pas non plus résister à la souffrance, ni mettre d’étiquette mentale à ce que vous ressentez. Laissez vous juste vivre et (res)sentir.


Le Thetahealing : libérer ses croyances limitantes et blocages enfouis

Le ThetaHealing peut être un moyen, un outil, d’accéder au moment présent, se libérer des souffrances et décrocher du mental. Cela d’abord par le fait que le ThetaHealing soit une technique basée sur la méditation. En effet, la méditation permet de ne plus faire attention à cette temporalité imposée par le mental qui est à l’origine d’anxiété et de souffrance qui maintiennent ce mental. La méditation permet de faire le vide, et de se concentrer sur le moment vécu pleinement au présent. Cette façon de vivre au présent permet d’accepter les situations telles qu’elles se présentent à nous sans y mettre de pensées ou de sentiments qui viendraient parasiter le moment présent. C’est ce que tend à faire la méditation de pleine conscience de manière plus générale dans la mesure où ce type de méditation permet d’atteindre le moment présent et d’accéder aux bénéfices de ce pouvoir.

De plus, le principe du ThetHealing qui est une technique de guérison énergétique est d’accéder au subconscient qui contient les blocages enfouis dont on peut se débarrasser, ainsi que des croyances limitantes qui parasitent notre quotidien. Se libérer de ces blocages et de ces croyances sont un premier pas vers la libéraiton du mental. En effet, c’est le mental qui a créé des barrières et des fausses pensées qui ont ancré nos habitudes et nos comportements. Ils sont tellement ancrés qu’ils se sont intégrés au subconscient. Mais le ThetaHealing permet d’y accéder et de se libérer de tout cela.

Ainsi, le ThetaHealing permet de s’échapper du mental et de pouvoir accéder au moment présent.


Conclusion

De cette manière, il est tout à fait possible de profiter du moment présent après lecture de ce livre et après avoir suivi les formations en ThetaHealing. Se libérer de la souffrance engendrée par le mental, les blocages et les croyances limitantes, c’est ce que tentent de faire le ThetaHealing et Eckhart Tolle.